Écrire et relire ce premier roman

Un texte destiné à la publication, il faut l’écrire et le relire. Si Typhons sur l’Hôtel de Ville a été rédigé très vite, sa relecture fut fastidieuse.

J’ai passsé ma vie à lire et analyser des romans et à en enseigner l’étude. Jamais l’idée d’en écrire un m’a traversé l’esprit jusqu’à ce vendredi de début juillet.

Et d’un coup, en un après-midi, j’ai décidé d’en écrire un, poussé par l’actualité immédiate : les élections fédérales le 20 octobre 2019, le vote sur le mode d’élection du Conseil communal le 24 novembre 2019 et les élections communales en juin 2020.

Son plan en douze chapitres, douze lieux et douze personnages a été conçu sur une feuille A4, assorti de quelques références chiffrées et … en avant pour l’écriture, souvent en train ou dans des chambres d’hôtel.

Les cent pages rédigées, la relecture a commencé. Il faut être pointilleux jusque dans la ponctuation après une citation :   , ce n’est pas la même chose que  ». 

Il manque toujours un mot, un pluriel, un accord, une virgule, un alignement. Il faut veiller à ce que les dates soient bien cohérentes par rapport à la table des matières.

Le choix de proposer un index des noms nécessite que chaque prénom soit indexé, grâce à un système proposé dans le logiciel Word.

Bref, on « est embarqué », pour le meilleur – rédiger – et pour le pire – relire au moins dix fois.

Le plus grand plaisir final consiste à faire sien son roman et finir par l’aimer pour de vrai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s